S’abonner

Comment créer une paroi ossature bois ?

Nous allons modéliser un exemple de mur en ossature en bois, détaillée dans la figure ci-dessous:

Si nous analysons notre paroi de l’extérieur vers l’intérieur, nous pouvons constater un bardage avec une façade ventilée avec des tasseaux. Ensuite, on trouve l’isolation avec une couche en fibre de bois et une couche de cellulose en contact avec l’ossature suivie d’un contreventement. Enfin, un vide technique et une finition en plâtre.

1. La logique de la définition est par couches se fait de l’extérieur vers l’intérieur. Pour en créer les différentes couches, on dispose des icônes ('Ajouter', 'Effacer', 'Copier' et 'Editer')

a) Dans notre cas particulier, nous aurons en revêtement extérieur le bardage, la lame d’air et le panneau isolant en fibre de bois car ces éléments ne seront pas traversés par un plancher.

CYPE dispose d’une base de données avec différent type de matériaux.

Pour y accéder, nous devons cliquer sur l’icône en 'Matériaux décrits dans la RT-2005'.

Nous pouvons introduire notre bardage en sapin comme un type de bois résineux léger comme montre le tableau ci-dessous.       

http://www.crit.archi.fr/web%20folder/bois/Bois/2.Matiere/CLASSEMENT2NIVEAU.HTML

Ensuite, nous devons lui renseigner l’épaisseur et éventuellement, renommer la référence si nous le souhaitons.

Le logiciel renseigne certains valeurs par défaut pour le calcul des déperditions. Cependant, nous pouvons les éditer si notre fournisseur donne des valeurs spécifiques. Nous pouvons également choisir l’affichage de cet élément.

Nous définirons ensuite la lame d’air comme un matériaux de type air en renseignant les caractéristique thermique de l’air.

Selon notre type de lame d’air, nous renseignerons la résistance selon le fascicule 4 de las règles Th-U.

Ici notre lame d’air sera fortement ventilée, sa résistance est donc considéré comme 0.04 m²K/W.

Pour finir le revêtement extérieur, nous créons le panneau isolant en fibre de bois. Pour modifier l’ordre (toujours avec la logique de l’extérieur vers l’intérieur), nous pouvons modifier avec les deux flèches.

b) Pour la première couche, nous définissons l’élément résistant de notre cloison, la ouate de cellulose avec l’ossature. Dans un premier temps nous renseignons seulement la ouate, pour l’ossature, nous créerons des ponts thermiques structurels.

Le contrevement peut également être créé dans l’onglet 1ère couche.

c) Finalement, pour modéliser le vide technique et la finition, nous définirons notre plaque de plâtre et plusieurs éléments, si besoin. Pour le vide technique nous allons cocher la fixation comme autoportant et puis, introduire la séparation.

Si notre paroi était isolé à l’intérieur, l’isolation serait entre la ouate et le contreventement acier.

d) Nous modélisons le pont thermique intégré dû à l’ossature de bois. Pour ce cas figure, il s’agit d’un pont thermique linéaire vertical.

En se référant au document « Détermination et calcul des ponts thermiques linéiques et intégrés des constructions en bois » du CSTB dans le chapitre IV.1.1.3 Murs Me3 (Mur ossature légère isolation entre montants + isolation complémentaire extérieure), nous pouvons trouver la valeur. Nous devons également introduire l’écartement.

Ici on définit une trame d’ossatures verticales tous les 60 cm, présentant une transmittance de 0.02 W/(m.K) d’ossature.

e) Dans la définition de la paroi, ne cochez aucune des conditions de détection des ponts thermiques, puisque ceux de l’ossatures bois ne sont actuellement pas détectés par le logiciel.

Nous pourrions également introduire des ponts thermiques ponctuels.

 2. Une fois que nous avons finalisé, on accepte. CYPE nous affiche le résultat finale.

 

Les ponts thermiques intégrés ne sont malheureusement pas présentés dans visualisation de la paroi, seules apparaissent les indications de Uc et Up, pour montrer qu’ils ont été pris en compte.

 

La définition de la paroi modélisé précédemment (Mur en ossature en bois isolé par l’extérieure) est la suivante:

Les couches définies comme ‘Revêtement extérieur’ ne sont pas coupées par le plancher. La première couche coupée par le plancher est celle qui a été positionnée dans ‘1ère couche’. Les couches définies comme ‘Doublage’ sont coupées par le plancher et le revêtement de sol.

Dans le cas d’une paroi ossature bois isolé par l’intérieure la paroi modélisée est la suivante :

 

 Le matériau bardage en sapin est défini dans l’onglet ‘1ère couche’.

La lame d’air est défini dans l’onglet ‘Lame d’air’, et vous devez cocher la case ‘Fortement ventilée’. Comme la lame d’air est fortement ventilée, les couches entre la lame d’air et l’extérieur sont représentées mais elles ne sont pas prises en compte pour le calcul.

Les matériaux ouate et contreventement en acier sont définis dans l’onglet ‘2ème couche’ et ils sont coupés par le plancher.

Les matériaux fibres en bois et BA 13 sont définis dans l’onglet ‘Doublage’ et ils sont coupés par le plancher et le revêtement de sol.

Cet article vous a-t-il été utile ?
Utilisateurs qui ont trouvé cela utile : 0 sur 0
Vous avez d’autres questions ? Envoyer une demande

Commentaires

  • Avatar
    ACB Energie Conseil

    Dans la plus part des cas le plancher bois ne traverse pas la parois car il est posé sur une muralière et des sabots métaliques.
    Dans ce as de figure comment doit être faite la modélisation ?

  • Avatar
    CYPE FRANCE

    Bonjour,

    2 éléments de réponses à votre question:

    -1. Détection de la liaison plancher/mur:

    Dans CYPECAD MEP, pour que la liaison plancher/mur soit détectée, il suffit que le plancher touche le mur (sans le traverser sinon cela devient une liaison plancher avec balcon / mur), du coup le plancher peut être modélisé au nu intérieur du mur, au nu extérieur, ou s'arrêter dans l'épaisseur du mur, il se passera la même chose: le pont thermique façade filante/mur sera détecté (type IT2.1).

    A partir de là, à vous d'appliquer la bonne valeur de pont thermique, soit par édition individuelle, soit dans le menu Ouvrage>Paramètre thermiques, ou en utilisant de manière fictive un rupteur de pont thermique. Si vous souhaitez un calcul EN10211 il faut alors suivre le deuxième point à suivre.

    -2. Calcul EN10211 de la liaison

    Il faut reconstituer dans le mur, onglet 'About de plancher', les couches courantes du mur sur lequel vient s'accrocher le plancher. Dans l'exemple indiqué 'paroi ossature bois isolé par l’intérieure' dans l'article ci dessus, il faut donc créer la couche 'Ouate/Contreventement en acier'. Puis vous pourrez y créer également une couche supplémentaire représentant votre poutre muralière. Du coup le calcul EN10211 de la liaison sera relativement proche de la valeur réelle. Relativement car, attention, il s'agit d'un calcul 2D du pont thermique, c'est à dire la liaisons de couches réputées constantes dans la longueur du mur, et il conviendrait de faire un calcul plus détaillé en 3D (dans une autre application) pour prendre en compte les appuis ponctuels de vos poutrelles et sabots métalliques. Résultat à prendre avec des pincettes donc.

  • Avatar
    cottet energie

    Bonjour,
    Je pense que votre raisonnement est eronné concernant la lame d'air extérieure. Selon le fascicule 4, si la lame d'air est fortement ventilée alors il ne faut pas tenir compte de ce qui se trouve après elle, donc du bardage. Par contre sa résistance additionnelle sera augmentée et égale à Rsi soit 0,13m².K/W pour une paroi verticale. A ce moment là la valeur forcée devra être égale à 0.13-0.04 soit 0.09m².K/W

  • Avatar
    ACB Energie Conseil

    Effectivement, moi je ne mets rien dans la couche de revetement extérieur, en 1ère couche je mets le bardage uniquement.
    l'OSB et l'isolation je le mets dans deuxième couche. Ce qui me permts d'utiliser la lame d'air en "fortement ventilée".
    En coupe, par contre, j'ai bien une jolie parois avec un bardage qui n'est pas pris en compte.

    Modifiée par ACB Energie Conseil
  • Avatar
    cottet energie

    En fait je viens de voir que c'était la solution préconisée avec un complément d'isolation en intérieur à la fin de l'article.

    Mais les commentaires, en particulier : "La lame d’air est défini dans l’onglet ‘Lame d’air’, et vous devez cocher la case ‘Fortement ventilée’. Comme la lame d’air est fortement ventilée, les couches entre la lame d’air et l’extérieur ne sont pas représentées mais elles sont prises en compte pour le calcul." sont faux ou en tout cas sujet à contreverse et devraient être corrigés. 

    Merci à ACB de m'avoir ouvert les yeux ;)

    Modifiée par cottet energie
  • Avatar
    ACB Energie Conseil

    Oui c'est l'inverse en faite dans l'article :
    "La lame d’air est défini dans l’onglet ‘Lame d’air’, et vous devez cocher la case ‘Fortement ventilée’. Comme la lame d’air est fortement ventilée, les couches entre la lame d’air et l’extérieur sont représentées mais elles ne sont pas prises en compte pour le calcul."
    Voila la vrai définition je pense. ;-)

  • Avatar
    CYPE FRANCE

    Bonjour,

    Il y a en effet une erreur à la fin de cet article que nous venons de corriger, merci de votre retour.

Réalisé par Zendesk